UNAMAB

Affaire Savalou

Savalou, le 11 Mars  2013.

 

 

Le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Deuxième Classe de Savalou.

A

Madame le Procureur Général près la  Cour  d’Appel    d’Abomey.

Objet : Compte Rendu  d’une situation.

A/S : interpellation du Chef couvent  HEVIOSSO à Savalou.            

         J’ai l’honneur de vous  rendre compte de ce qui suit :

         Depuis 1993(soit vingt (20)  ans aujourd’hui), le sieur Roland GBAGUIDI a acquis trois (03) parcelles auprès de l’octogénaire GBAGUIDI Gouvidé Joseph. Ce dernier aurait hérité lesdites terres de ses ancêtres.

        Pour sécuriser ses parcelles, l’acquéreur Roland GBAGUIDI a fait régulièrement une convention de vente affirmée datant de 11 Juin 2008 et signée par le Maire et le Chef Service des affaires domaniales.

        Le même acquéreur a aussi obtenu un certificat de non litige datant  de Juin 2008 et signé par le Chef quartier et le Chef d’arrondissement de Savalou AGA.

Entre temps, le sieur Roland GBAGUIDI a mis en valeur une des trois parcelles acquises et a rejoint avec sa famille depuis 2003.

        Contre toute attente, et profitant de l’absence de celui-ci, les féticheurs Hounnnon  Yehoun, Medomè Assogba et autres ont fait irruption au domicile du plaignant pour menacer sa famille en laissant comme commission d’abandonner  la maison au risque de perdre sa vie. Du coup, ils ont arraché ses bornes et ont implanté les leurs.

Ensuite, ils ont jeté des talismans et autres objets suspects  dans le puits foré  par le plaignant et ont fermé le puits ; les agresseurs ont également détruit les briques fabriquées par le sieur Roland GBAGUIDI.

Quelques temps plus tard, ces féticheurs sont revenus à la charge et ont aligné des pierres le long de la devanture  de la maison du plaignant et ont menacé de mort quiconque aura le courage de toucher à l’une de ces pierres.

Lorsque le sieur Roland GBAGUIDI  les a interrogés sur les motifs de leurs agissements, les fétichistes lui ont fait savoir que c’est sur instructions du Roi TOSSOH qu’ils ont agi ainsi. Le Roi TOSSOH étant le Chef Supérieur des fétiches, Roland GBAGUIDI se serait rendu au Palais royal  le rencontrer. Le Roi TOSSOH lui aurait dit à l’occasion que les bornes implantées par les féticheurs sont minées et que s’il se hasardait à les déterrer, il perdrait sa vie.

       Dans son audition en enquête préliminaire, le sieur Roland GBAGUIDI a révélé que le jour où les bornes minées ont été implantées, sa seule fille présente qui a été témoin des faits serait décédée deux (02) semaines plus tard.

        Face à cette situation, le sieur Roland GBAGUIDI a adressé une plainte au Parquet de Savalou contre les dignitaires des cultes vodoun Heviosso, ANAGOVODOUN, DAA.

  Par Soit-Transmis  N°073/PR-SAVA/2013, j’ai instruit le Commissaire de Savalou aux fins d’enquêter sur cette affaire et m’en dresser Procès-Verbal d’arrestation.

        A l’issue des investigations, les mis en cause m’ont été présentés le 07 Mars 2013. Après étude du dossier, et en raison de leur âge très avancé, seul le Chef couvent Heviosso (le nommé Hounnnon Yehoun) a pu être poursuivi pour menace de mort avec mandat de dépôt devant l’audience correctionnelle du 18 Avril 2013.

      Après cette décision du Parquet, des informations qui  me sont parvenues font état de ce que le Roi TOSSOH et les siens projettent une marche sur le Tribunal et promettent aussi d’en découdre avec le Procureur de la République.

      Telle est  donc, Madame le Procureur Général, la substance de ce compte rendu que je soumets à votre appréciation.

                                                                                          Le Procureur de la République  

 

 

Bignon ADJOBIMEY                                               

 

 

 




Michel ADJAKA